06 février 2010

Je suis assis rue de Belleville, au milieu d'une foule, et là le temps hémophile coule

4483_95625766331_35370426331_2411834_3190184_n_1_

Oublier l'aurore, se lever au zenith. Caresser son épiderme encore tiede, rechauffé par une couette trop mauve et trop epaisse. Lit de princesse. Les nuits sont courtes et les jours se cristalisent autour de la flagmatique impression de se laisser couler sur un matelas de verre. Harpenter les couloirs d'un ciné de quartier. Avaler scéances sur scéances. S'endimancher en cours de semaine. et faire l'amour trop de fois. Notre temps s'est divisé en particules, suspenduent dans l'atmosphère. Sorte d'électrons libres emprunt d'amour et de conneries. Une bulle acidulée qui sent le sexe, et le parfum Baby Doll.

Je l'aime à mourir. J'arrive plus à écrire, mais putain, que ces semaines sont belles dans notre dolce vita de l'ouest. l'air y est frais d'inconscience, blottie dans des bras protecteurs.
J'ai hâte qu'elle revienne des amériques, écouter ses aventures et retourver nos marais. Pauline est rentrée de Londres ce week end. J'ai les mains dans la farine et un nouveau pull abercombie. Le projet pour l'amérique avance doucement. Phebus décole au dessus des obstacles. Tout semble se cueillir facilement, comme un printemps qui arrive trop vite, là ou le temps hémophile, coule : sucré et indomptable.

Cristalised // The XX
L.E.S artistes //Santigold
Flume // Bon Iver
Island // the XX
No Pity // Wax Tailor
505 // Arctic Monkeys
C'est déjà ça // Alain Souchon
   

Posté par Charlie_Brown à 17:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Je suis assis rue de Belleville, au milieu d'une foule, et là le temps hémophile coule

    MÊme si je n'ai plus internet là où je suis, je m'arrange toujours pour venir lire tes derniers textes et les trouver beaux. et en ayant suivi l'évolution de tes écrits, je dois dire que cette petite touche d'optimisme me fait plaisir. à bientôt.

    Posté par zifen, 11 février 2010 à 14:25 | | Répondre
Nouveau commentaire